Die Kirchen des Val d’Arly, sieben an der Zahl, sind historische Zeugnisse des reichen Kulturerbes in dem schönen savoyardischen Tal und originelle Beispiele für den barocken Einfluss, der insbesondere die Kirchen von St Nicolas la Chapelle und Flumet prägt.
Auch fantastische traditionnelle Bauernhäuser und alte große und heilige Steine zeugen von der faszinierenden Geschichte des Tals.

Chapelle sainte Anne

Römischer Meilenstein am Col de l'Avenaz

The boundary marker of l'Avenaz is one of the three markers that have been found in Val d'Arly, on the former border between Ceutrons and Allobroges. It was built in 74 A.D. by the Romans in order to demarcate the territories of local tribes. The word "FINES", that means "limit", is carved on it. Until the 18th century, it marked the border of mountain pastures between La Giettaz and neighbouring territories. This marker, just like others, has been thrown down the slope in order to blur the border, because of conflicts and trials about the boundaries of pastures. It was found again in 1992 by La Giettaz and Cordon enthusiasts, and has been replaced according to Roman tradition in 2004

Kapelle der Unbefleckten Empfängnis

A l’intérieur, une statue en plâtre doré (60-70 cm) de la vierge au serpent ; de chaque côté de la Vierge un angelot, et derrière elle, un soleil doré avec une colombe ; sur un autel recouvert d’une nappe blanche, un Christ en bronze, une statue de 2àcm de la Vierge, un cadre en bois avec une inscription peu lisible : « Sa sainteté Pape Pie IX accorde 100 jours d’indulgence », 4 superbes cloches contenant un vase religieux en porcelaine. Petite Histoire : «Un habitant de Flumet, Marie- François Marin- Cudraz, maire de cette commune, pour répondre au désir que lui manifesta une de ses filles à ses derniers moments est voie d’élever dans sa propriété, au bord de la grand route, un oratoire en l’honneur de l’Immaculée Conception.» Lettre du curé Mouthon le 4 juin 1866, pour demander à l’évêque l’autorisation de bénir cet oratoire et pour le supplier d’y attacher des indulgences.(sources Abbé Duval)

Château des Faucigny

La localité de Flumet, placée sur un éperon rocheux au-dessus de l'Arly, au carrefour des cols des Aravis et des Saisies, se trouvait dès le 11e siècle à l'extrémité méridionale du domaine des sires du Faucigny et à la frontière des terres de la Maison de Savoie. Pour ces raisons géo-stratégiques, les sires de Faucigny construisirent un château ex-nihilo en ces lieux. On ne peut pas dater précisement l'époque de cette édification, que certains historiens font remonter au 11e siècle. On sait, en revanche, qu'Aimon II de Faucigny a agrandit le château de Flumet vers 1200. De forme polygonale, avec des murailles épaisses, il possédait une tour carrée en son milieu. Ce n'est qu'après son érection que fut créée la ville fortifiée de Flumet : le château est donc le point de départ de l'histoire de cette cité. Lieu d'habitation, d'abord des sires de Faucigny qui venaient périodiquement y résider, puis siège du châtelain, le château de Flumet incarnait l'emprise du seigneur sur le territoire. Bâtiment défensif, il servait de poste avancé face à la menace du voisin savoyard.C'est pourquoi il perdit de son intérêt militaire après l'entrée du Faucigny dans les possessions de la Maison de Savoie en 1355. A partir du 15e siècle, le château tombe lentement en ruine, entretenu toutefois par les habitants du bourg. Après l'incendie du bourg en 1679, on autorise les flumerans à reconstuire leurs maisons avec les pierres du château, avec toutefois interdiction de toucher à la tour. Malgré ces péripéties et les ravages du temps, l'état général du château s'est considérablement dégradé essentiellement ces dernières années et est proche de disparaître définitivement.

Chapelle des Nants

Cette chapelle a probablement été, au début du XIème siècle, le premier lieu de culte public à La Giettaz. Les bénédictins venaient en été de Megève au lieu-dit L'Abbaye. Par conséquent, une chapelle devait être proche. Elle fut reconstruite au XVIIème siècle sous le vocable de l'Annonciation. Pendant la Révolution, elle a subi d'importants dommages : son clocheton a été détruit, sa cloche réquisitionnée pour faire des canons. Les avalanches de 1843, 1847 et 1914 ne l'épargneront pas non plus. Restaurée en 1927, elle fut de nouveau balayée par l'avalanche de 1978 venant des Verres et de la Pare (au sommet de la Chaîne des Aravis). La reconstruction s'est faite en 1981 et 1982, plus à l'est, à l'abri des avalanches et de taille plus modeste. La Vierge de l'Annonciation fut sculptée par un giettois, avec l'inscription "Me Voici".

Chapelle du Seytenex

Öko-Museum von Cohennoz

Young and old alike will enjoy this warm place: its unique collection of miniature mountain tools, made by school students hundred years ago in manual work class, and its imposing interactive mountain display with alpine fauna and flora. Curious and passionate people are much awaited! Child-friendly : stroller access, free for children under 6yo.

Saint Théodule church: free entry

Saint François-de-Sales consacre l'église en 1606. Le clocher et la façade nord sont les vestiges de l'église primitive romane : le clocher-tour daterait du 12e s. L'extérieur est modeste : un auvent protège la porte d'entrée avec un bénitier goudronné.L'église fut reconstruite après l'incendie qui ravagea la ville en 1679. Les peintures murales réalisées par Clément Giacobini au XIXè ont été mises à jour lors des restaurations de 1992/1993. La poutre de gloire présente une grande originalité : ici, pas de calvaire mais le Christ en croix au milieu de tentures drapées retenues par des angelots. Au centre du baldaquin du retable majeur, dans une mandorle, saint Théodule domine un tabernacle polychrome surmonté d'un petit dais bordé de lambrequins. De nombreux angelots animent l'ensemble se jouant des pampres des colonnes, guirlandes de fleurs, vases et lambrequins. Comme le retable majeur, les autels latéraux datent du XIXè. Les fonts baptismaux datent du XVIIè.

Eglise de Notre Dame de Bellecombe

Lors de sa reconstruction, l'église de Notre-Dame-de-Bellecombe a conservée son aspect d'antan tout en étant augmentée en taille. De fait, elle présente des styles architecturaux hétéroclites et un visage singulier. L'intérieur de l'édifice est rythmé par les piliers de granit, les larges voûtes peintes dans des tons clairs et, au fond, par un choeur large et lumineux. Une partie du mobilier de l'ancien église a été conservé : armoire aux saintes huiles, cuve baptismale, statues en bois, etc. Les vitraux et surtout le chemin de croix ajoutent de la polychromie a cet espace. Ce dernier est d'une grande originalité : installé à la fin des années 1950, il a été réalisé par M. Cart de l'atelier Le Cyclope à Annecy sur des carreaux de céramiques peints, dans un style des plus contemporain. Notons aussi le clocher à bulbe emblématique du village où se trouve un carillon riche d'une dizaine de cloches.

Kirche von Flumet

On sait qu'il existait dès 1200 une église à Flumet dédiée à Saint Théodule. Située dans l'enceinte médiévale du bourg, elle fut détruite par l'incendie de 1679, mais le clocher en pierres taillées et la façade Est semblent avoir été conservés. L'espace interieur est constitué d'une nef et d'une travée unique. Le choeur est très vaste puisqu'il existait un Chapitre de neufs prêtres. A l'entrée du choeur se trouve une loggia reservée autrefois à la famille noble De Riddes. Les voûtes sont recouvertes de fresques bibliques peintes par Clément Giacobini au 19e siècle. Le riche mobilier date pour l'essentiel des 17e et 18e siècles ( fonts baptismaux, croix de la passion, poutre de gloire, chaire où Saint François de Sales a prêché, tableau de la Sainte Famille, statuaire, etc. ) Dans la travée sont disposés trois autels d'inspiration baroque datant du 19e siècle et dédiés respectivement aux saints Antoine, à la Vierge et aux trois saints évêques (Théodule, François de Sales et Guérin). Le maître-autel, dédié à Saint Théodule, a été réalisé en 1809 par les Valsésiens Broccio, Viotti et Gilardi. Exubérant et richement décoré, son plan en baldaquin unique en Savoie (avec celui de saint-Nicolas-la-Chapelle) en fait une pièce rare de l'art baroque savoyard.

Chapelle du Plan

Kreuzweg von ND de Bellecombe, 1958

Villa Jeanne d'Arc

Au début du 20e siècle, à l'initiative du curé du village, les giettois construisent un hôtel disposant de tout le confort moderne sur la route des Aravis, afin d'anticiper l'essor de la villégiature et du tourisme sur cet axe traversé par la route des Grandes Alpes. Après guerre, l'établissement trouve une nouvelle attribution en devenant une maison de repos puis un préventorium. Jusqu'en 2001, date de sa fermeture, la Villa accueille plusieurs milliers de pensionnaires qui favorisent l'essor touristique du village. Depuis peu le bâtiment a trouvé une nouvelle vocation d'hergement d'accueil de groupes.

Chapelle du Passieu

Maultier-Zuchtstation Le Châtelet

L’Oratoire des Côtes

Grande voûte plein cintre avec à droite un petit bénitier de pierre en forme de melon ; niche en retrait avec, dans le plein cintre l’inscription : « Année Mariale 1954 » et protégée par une grille cadenassée ; au dessus, gravée dans une pierre :1826. Devant cette grille, sur une tablette en bois, des pots de fleurs ; à l’intérieur, une statue de bois de 50 cm de la Vierge à l’Enfant ; au dessus de la Vierge, croix et Christ ; sur le socle : « Ste Marie priez pour nous » ; à l’avant, une statue de sainte Thérèse à l’Enfant Jésus (30 cm), 2 chandeliers, une gravure représentant sainte Françoise, et deux grands vases.

Kirche von Crest-Voland

L'église de style néo-gothique possède une nef unique divisée en trois travées, séparées par des piliers en granit, et un choeur vaste mais peu élevé.Noter les beaux vitraux installées en 1913, les couleurs vivent des peintures intérieures et les autels en marbre blanc de Carrare.Le clocher renferme un carillon de dix cloches qui anime quotidiennement le village.\nPort du masque obligatoire.\nPort du masque obligatoire.\nPort du masque obligatoire.

Römischer Meilenstein am Petit Croisse Baulet

The Petit Croisse-Baulet boundary marker is one of the three markers that have been found in Val d'Arly, on the former border between Ceutrons and Allobroges. It was built in 74 A.D. by the Romans in order to demarcate the territories of local tribes. The word "FINES", that means "limit", was carved on it. Until the 18th century, it marked the border of mountain pastures between La Giettaz and neighbouring territories. This marker, just like others, has been thrown down the slope in order to blur the border, because of conflicts and trials about the boundaries of pastures. It was found again 25 years ago but it has been topped and does no longer bear the inscription "FINES".

Wassermühle und Haus des Müllers

Musuem "Haus der Märchen"

Cinderella, Little Red Riding Hood... Little children will be carried away into fairy tales imagination and grown ups will fall back into childhood and will be enchanted... New! Scenes animated with automaton characters.