Présentation

Terre d'héritage

L’ancien bourg fortifié de Flumet et le village authentique et préservé de Saint Nicolas la Chapelle sont propices à la découverte. Au cœur du Val d’Arly, ces villages offrent des activités estivales avec leurs départs de randonnées pédestres, le plan d’eau de Flumet et leurs excursions sur la route des Grandes Alpes. Ici on sait accueillir et perpétuer des savoir-faire uniques comme le fumage des charcuteries, l’élevage mulassier et bien d’autres traditions agro-pastorales.

Flumet / St Nicolas La Chapelle

Hebergement

Commerces et Services

Commerces
Services de santé
Transports
Autres services
Artisans
Producteurs
 

Patrimoine

Maison forte de Bieu

La maison forte De Bieu doit son nom à la famille qui l'a longtemps habitée : les De Bieu ou De Bieux (de Biolli, de Biollo - étymologie : bouleau), qui fut très influente dans le bourg et le mandement de Flumet entre le 14e et le 18e siècle. Positionnée en dehors de l’enceinte du bourg médiéval, la maison De Bieu a conservé jusqu'à nos jours son aspect et une partie de ses vestiges anciens, dont une tour carrée, une chapelle privée et des armoiries sculptées au-dessus de l'entrée. Toujours habitée, elle appartient au domaine privé.

Oratoire Notre Dame de Pitié

Bloc de granit de 80cm de large sur 50cm de profondeur, surmonté d’un chapiteau du même matériau (97cm*58cm, hauteur 15cm) et, pour le toit, 2 blocs triangulaires en pierre avec au sommet une croix en fer forgé ouvragée de 75cm de hauteur ; niche creusée dans la pierre (50cm, hauteur 70cm) protégée par une vitre et par une grille en fer forgé. A l’intérieur, une Pietà en bois de 50cm, un petit Christ, 2 petits vases de porcelaine, 1 bougeoir en cuivre ; une date est gravée à l’avant du socle : de 1873 ; à l’extérieur, un bénitier sur le côté droit.

Initiez-vous à la fabrication du Reblochon avec la Coopérative

\nPort du masque obligatoire

Château des Faucigny

La localité de Flumet, placée sur un éperon rocheux au-dessus de l'Arly, au carrefour des cols des Aravis et des Saisies, se trouvait dès le 11e siècle à l'extrémité méridionale du domaine des sires du Faucigny et à la frontière des terres de la Maison de Savoie. Pour ces raisons géo-stratégiques, les sires de Faucigny construisirent un château ex-nihilo en ces lieux. On ne peut pas dater précisement l'époque de cette édification, que certains historiens font remonter au 11e siècle. On sait, en revanche, qu'Aimon II de Faucigny a agrandit le château de Flumet vers 1200. De forme polygonale, avec des murailles épaisses, il possédait une tour carrée en son milieu. Ce n'est qu'après son érection que fut créée la ville fortifiée de Flumet : le château est donc le point de départ de l'histoire de cette cité. Lieu d'habitation, d'abord des sires de Faucigny qui venaient périodiquement y résider, puis siège du châtelain, le château de Flumet incarnait l'emprise du seigneur sur le territoire. Bâtiment défensif, il servait de poste avancé face à la menace du voisin savoyard.C'est pourquoi il perdit de son intérêt militaire après l'entrée du Faucigny dans les possessions de la Maison de Savoie en 1355. A partir du 15e siècle, le château tombe lentement en ruine, entretenu toutefois par les habitants du bourg. Après l'incendie du bourg en 1679, on autorise les flumerans à reconstuire leurs maisons avec les pierres du château, avec toutefois interdiction de toucher à la tour. Malgré ces péripéties et les ravages du temps, l'état général du château s'est considérablement dégradé essentiellement ces dernières années et est proche de disparaître définitivement.

Château de Charbonnière

La maison forte de Charbonnière est une propriété privée. On peut toutefois aprécier son architecture extérieure, le four à pain situé devant la façade et la tourelle médiévale posée à même le sol à l'arrière du bâtiment.

Pont des Abymes

Premier ouvrage d'art du Val d'Arly, le pont des Abymes, ou pont de Bellecombe, a été construit entre 1875 et 1878. Erigé dans la dynamique de désenclavement de la vallée, symbolisé par le tracé de la route des gorges de l'Arly entre Ugine et Sallanches, il représente l'entrée de la région dans la modernité.

Chapelle du Seytenex

Moulin à Tienne et Maison du Meunier

Le Gâteau - Panorama

Table d'orientation permettant de lire le paysage à 180°. L'itinéraire passe par l’oratoire de Bonne Fontaine où serait apparue la vierge. Balade à faire en famille.

Les Avenières - Panorama

L'Etale

Elevage mulassier du Châtelet

Lac des Evettes

Maisons suspendues - Panorama

Au 13e siècle, les sires de Faucigny fondent la cité de Flumet. Pour peupler la localité, ils octroient des franchises (libertés et privilèges) aux bourgeois de Flumet, chacun se voyant délivrer une parcelle de taille uniforme pour bâtir sa maison. Le bourg ainsi créé est entouré de murailles. Du côté de l'Arly, les maisons sont construites sur l' éperon rocheux qui surplombe l'Arly de plusieurs dizaines de mètres : il n'était donc pas nécessaire de fortifier l'enceinte à cet endroit, la géographie des lieux offrant une protection naturelle suffisante. Une porte marquait l'entrée du bourg de ce côté, dont l'ouverture est toujours visible aujourd'hui dans la rue du Mont-Blanc. Elle donnait sur un chemin descendant sur l'Arly et permettant de monter sur Notre-Dame-de-Bellecombe. Depuis le 13e siècle, malgré l'incendie du bourg en 1679 et les vicissitudes du temps, l'aspect de ces maisons suspendues a très peu évolué (voir le cadastre de 1730), si ce n'est la disparition des toits en tavaillons et l'apparition de traces de modernité (paraboles, grandes baies vitrées, garde-corps non ouvragées) qui ont atténués le charme traditionnel de cette architecture. Cependant, ces maisons suspendues ont gardées leur originalité faite d'enchevêtrement de balcons, de galeries, de logis, d'escaliers,de cheminées etc. De même, les fondations en pierres apparentes remontent sans doute aux origines du bourg. Sans parler de leur aspect vertigineux qu'il faut absolument voir et que l'on peut apprécier en différent endroits du bourg (place du château, pont des Abymes, lacets des Avenières).

L’Oratoire Notre Dame de Lourdes - Oratoire des Critobles

Au dessus de la niche l’inscription :« Sa grandeur Monseigneur Isoard (1879- 1901), Evêque d’Annecy, accorde 40 jours d’indulgence à tous ceux qui, devant cet oratoire, feront les prières suivantes :ND de Lourdes, priez pour nous et protégez les voyageurs, puis dire 3 Ave Maria. Bénie le 14 Septembre 1894 ». A l’intérieur une statue en plâtre de 60cm de Notre Dame de Lourdes, 2 Chandeliersen fer, 3 vases, une statue de saint Joseph (30cm), une autre de saint Jean-Baptisteavec besace au dos et bras droit cassé, un Christ en bois, un angelot. Histoire: Auparavant cet oratoire, d'après une photo où il se trouve avec les carrières d'ardoises de Manant en arrièreplan, semblait se trouver en amont et de l'autre côté de la route.

L’Oratoire Notre Dame de Lourdes – Le Char

Oratoire de type guérite crépi gris au toit à 4 pans couvert de tôle avec une croix de métal au sommet (instrument de la Passion, clous et marteau) ; voûte plein cintre surmontée de pierres apparentes ; niche en retrait à l’encadrement genre marbre gris, avec l’inscription : « L’An du jubilé 1826 », et protégée par une belle grille en fer forgé. A l’intérieur une statue en plâtre de Notre Dame de Lourdes (1m20), 2 angelots de chaque côté de son épaule ; 2 cadres (sainte Jeanne de Chantal et saint François de Sales), 2 statues de saint Pierre et saint Paul, plusieurs vases ; à droite de la niche, un bénitier en pierre ; un rosier le long du mur de droite.

Eglise Saint Théodule : En accès libre

Saint François-de-Sales consacre l'église en 1606. Le clocher et la façade nord sont les vestiges de l'église primitive romane : le clocher-tour daterait du 12e s. L'extérieur est modeste : un auvent protège la porte d'entrée avec un bénitier goudronné.L'église fut reconstruite après l'incendie qui ravagea la ville en 1679. Les peintures murales réalisées par Clément Giacobini au XIXè ont été mises à jour lors des restaurations de 1992/1993. La poutre de gloire présente une grande originalité : ici, pas de calvaire mais le Christ en croix au milieu de tentures drapées retenues par des angelots. Au centre du baldaquin du retable majeur, dans une mandorle, saint Théodule domine un tabernacle polychrome surmonté d'un petit dais bordé de lambrequins. De nombreux angelots animent l'ensemble se jouant des pampres des colonnes, guirlandes de fleurs, vases et lambrequins. Comme le retable majeur, les autels latéraux datent du XIXè. Les fonts baptismaux datent du XVIIè.

Eglise de Chaucisse

En 1815, Joachim Dumax-Baudron (1750-1828), ancien cuisinier du maréchal Berthier, décide de léguer une chapelle et une école à son hameau d'origine.La chapelle, dédiée à saint François de Sales est construite en 1818 puis érigée en église en 1828 par décision de l'évêque. Dans les années 1960, elle est rattachée à nouveau à Saint-Nicolas-la-Chapelle. Chapelle privée, son toit en tavaillons et ses murs peints ont été récemment restaurés. A l'intérieur, on retouve un mobilier et une décoration d'inspiration baroque.

Chapelle du Passieu

Oratoire Notre Dame de Bonnefontaine

A l’intérieur une statue (1m) en bois de la Vierge à l’Enfant (bras gauche); au pied de la statue: «ND de Bonnefontaine priez pour nous» Histoire: En 1759, l’historien Besson nous apprend qu’il existait dans le haut de la paroisse de Flumet, une chapelle de dévotion à l’honneur de la Ste Vierge qu’on appelait à Bonnefontaine.«La tradition populaire dit qu’un moine suivant le ruisseau formé par la Bonne Fontaine monta jusqu’à sa source et déclara que la Sainte-Vierge voulait être honorée dans ce lieu. On y bâtit un oratoire qui fut souvent renouvelé» Très célèbre dans toute la région, elle était fréquentée par de nombreux pèlerins et illustrée par de précieuses faveurs obtenues.«On allait toujours en pèlerinage à Notre dame de Bonne Fontaine et le concours sans y être très nombreux est cependant continuel dans la belle saison. Il y en est qui y vont même dans les temps rigoureux à travers les neiges entassées pour demander à la Vierge quelque grâce pressante.» «La paroisse de Flumet s’y transporte quelquefois toute entière en procession surtout au retour du printemps. Dans tout le pays on raconte les faveurs extraordinaires obtenues par l’intercession de Notre Dame et la vertu merveilleuse des eaux de la Bonne fontaine alimente souvent la conversation des familles pendant les longues soirées d’hiver.» Détruite à la révolution, cette chapelle n’a pas été reconstruite, mais plus tard (1850), on a élevé un oratoire de ses ruines.«Celui qui y est aujourd’hui ne date que de 1850 et la statue qui le décore fut solennellement inaugurée le 7 septembre 1851.» [extrait de «notre dame de Savoie» et variété historique de l’abbé Grobel 1860]